acces

Le 05/12/2014 17:10 Il y a : 3 année(s)

Session du 28 novembre : les inquiétudes liées au budget 2015

"Le budget initial de 2015 s'est fait avec plusieurs épées de Damoclès sur la tête..."

La Session de la Chambre d'agriculture de Dordogne s'est déroulée le
vendredi 28 novembre 2014 au CTIFL Domaine de Lanxade à Prigonrieux.

L'ordre du jour a été consacré à :

  • L'approbation du projet de procès verbal de la Session du 19 septembre 2014
  • La présentation et le vote du budget initial 2015
  • L'examen et le vote des délibérations financières
  • Le bilan agricole de l'année
  • Le vote des motions
  • L'intervention de Jean-Marc Jourdain, chef de centre du Centre technique interprofessionnel des Fruits et Légumes (CTIFL) et de Christian Hutin, responsable du département produits et marchés sur le thème de la production des fruits et légumes et des évolutions de la consommation

La présentation et le vote du budget 2015 ont permis à l'agent comptable de la Chambre d'agriculture, Stéphane Thépault, de faire part de ses inquiétudes : "Ce budget initial 2015 s'est fait avec plusieurs épées de Damoclès sur la tête" a-til lancé en guise d'introduction. 

Avant d'annoncer le déficit prévisionnel de fonctionnement 2015 s'élevant à 224 546 euros, il a d'ailleurs rappelé l'importance du rôle des Chambres d'agriculture et le contexte dans lequel elles doivent endosser ce rôle.

Les Chambres d’agriculture sont des acteurs institutionnels mais également économiques de nos territoires. Notre établissement subit, comme toute entreprise, les affres de la crise touchant notre pays et les rigueurs budgétaires gouvernementales qui s’en suivent. A ce titre, il doit faire face à un certain nombre d’incertitudes quant à son financement :

 - non seulement le montant de la taxe affectée (TATFNB) dévolue à notre Chambre n’a pas été revalorisé depuis plusieurs années mais en plus le projet de loi de finances 2015 nous menace d’un prélèvement de 5,35 % soit une perte de 235 000 € sur notre budget et autant en 2016. Nos missions ont, elles, bien au contraire été élargies. Néanmoins, la loi de finances n'étant pas votée, la TATFNB a été maintenue au niveau de 2014.

- les financements conventionnés, subventions reçues en échange du travail accompli par nos agents vers le monde agricole, voient leurs montants se réduire en même temps que leur complexité et leurs contraintes administratives augmentent.

Pour répondre à tous ces défis, mais également pallier le départ de plusieurs agents, notre chambre s’est, entre autres, lancée dans sa réorganisation qui a été présentée lors de la dernière Session dans l'objectif de faire autant et mieux avec moins de moyens. 

"FAIRE TOUJOURS PLUS AVEC BEAUCOUP MOINS ! " c'est effectivement ce qu'avait déjà dénoncé Jean-Philippe Granger, président de la Chambre d'agriculture, à l'occasion d'une rencontre avec les parlementaires qui avait été organisée le 10 octobre dernier au Pôle Interconsulaire de Cré@vallée. Une réalité paradoxale qui se présage donc à l'horizon 2015...

Contact : Service communication - 05 53 35 88 21


Presse | Marchés publics |  Mentions légales |  Formulaire de contact |  Plan du site |  Nous trouver    |  RSS