acces

truffe du perigord

Planter des arbres truffiers

Une tradition pleine de modernité et d'avenir

La maîtrise et l'amélioration qualitative du plant truffier mycorhizé permet désormais de mieux sécuriser la production de truffes du Périgord. L'innovation technique, les progrès de la mécanisation et l'attractivité du marché positionnent désormais la truffe comme un choix judicieux dans les axes de diversification au sein des exploitations agricoles. 

Une production à valeurs ajoutées multiples

► Un revenu complémentaire pour la trésorerie des exploitations et des retraités agricoles.

Avec des rendements moyens de l'ordre de 4 à 5 kg l'hectare pour un prix toutes formes de commercialisation constatées de 550 € / kg, le revenu brut à l'hectare avoisine les 2500 € annuels. Dans le cadre d'une diversification au sein des exploitations sans investissement spécifique onéreux, il s'agit là d'une possibilité intéressante pour valoriser au mieux des terres ingrates.

► Une plus value pour d'autres productions ou activités des exploitations.

L'intérêt de la présence de truffières sur les exploitations qui produisent du gras, du vin ou pratiquent des activités liées au tourisme et à la gastronomie n'est plus à démontrer. La présence de truffes suscite curiosité et affirme la typicité des productions et des terroirs.

► Une plus value foncière dans le cadre des successions ou sessions de patrimoine.

La transmission du patrimoine foncier dans un cadre familial se trouve toujours facilitée par l'intérêt culturel, gastronomique et éventuellement financier que les Périgourdins attachent généralement à la truffe. Dans le cadre de vente du patrimoine sa valeur s‘en trouve toujours confortée.

Un terroir adapté et reconnu

truffe du Périgord - truffier

Rares sont les productions qui, comme la truffe, ont su attacher à leur nom le terroir qui les héberge, jusqu'à en faire un nom botanique mondialement reconnu : la truffe du Périgord.

Aujourd'hui encore, le potentiel géologique et parcellaire existe ! Il est généralement constitué de sols pauvres, calcaires (ph 8), souvent pierreux et au relief parfois pentu. Il demande ainsi une remise en valeur bien pensée pour retrouver une vocation trufficole non concurrentielle au développement d'autres productions agricoles. Le plus souvent, cette vocation trufficole contribue de surcroît à limiter l'évolution des friches forestières, peu porteuses en terme d'économie et de qualité des paysages.

Planter pour récolter

Vérification des plants en laboratoire
Vérification des plants en laboratoire

Le retour de récoltes conséquentes, à la hauteur de la renommée mondiale qui est toujours la nôtre, passe en premier lieu par la reconstitution du capital de production : les plantations truffières.

Au cours des années 80, après plusieurs décennies d'oubli des plantations, la récolte annuelle moyenne devenue inférieure à la tonne ne permettait même plus au Périgord d'assurer son autosuffisance en truffes !

A partir de ce triste constat, par ailleurs contemporain aux difficultés économiques grandissantes de l'agriculture, la Fédération Départementale des Trufficulteurs a encouragé la réalisation de  nouvelles plantations*.

En quelques années, le rythme des plantations a atteint les 100 hectares annuels devenant peu à peu, grâce au plant mycorhizé, le socle d'une production en partie retrouvée pour un volume oscillant désormais entre 6 et 9 tonnes. En parallèle, la vocation économique du produit s'est affirmée en affichant des cours rémunérateurs en réponse à une demande croissante.

* actions soutenues par l'Europe, les Conseils Généraux, le Conseil Régional et la CA 24

Planter et entretenir avec technicité

Les acquis de l'expérimentation locale permettent désormais de mieux cibler les  conditions de la réussite des plantations. Parmi les différents paramètres nous pouvons citer :

  • le choix du terrain,
  • la qualité du plant,
  • les techniques modernes et mécanisables d'entretien des jeunes arbres,
  • les progrès de la gestion de la taille,
  • les techniques de réensemencement...

Trop souvent considérée comme le fruit du seul hasard, la production de truffes répond à présent à des pratiques culturales  réfléchies, adaptées et le plus souvent mécanisables.

L'ensemble de ces pratiques permet de nos jours des résultats de production plus hâtifs au point de constater les premières récoltes parfois avant 10 ans.

Presse | Marchés publics |  Mentions légales |  Formulaire de contact |  Plan du site |  Nous trouver    |  RSS